Quelques nouvelles en effet d’un trésor qui dort (je l’espère encore pour quelques temps…) dans votre cave… tout au moins pour ceux qui m’avaient suivi lors d’une de mes dernières commande groupée en primeur, ça devait être en juin 2006. Ils se reconnaîtront…

Voici ce que disait à cette époque H. Duboscq le propriétaire de Haut Marbuzet sur son millésime 2005 :

« ce millésime est, d’évidence, le plus réussi des 44 que j’ai déjà produits. C’est la forme accomplie de la perfection qui donne réalité aux rêves les plus enchanteurs »

 

Le Chateau Haut Marbuzet est un cru bourgeois de     Saint Estèphe. Il a été classé cru bourgeois supérieur en 2003.

Les cépages du Haut Marbuzet sont le Cabernet   Sauvignon (50%), une part belle est donnée ici au merlot (40%) et 10% de cabernet franc.

Période optimale de dégustation du millésime 2005 :     2009 à 2018

Pour la petite histoire, le Chateau Haut Marbuzet constitue mon fond de cave depuis 1973. Ce vin à l’époque m’avait déjà séduit avant qu’il ne devienne, bien que discrètement,  une vedette des médias, de par sa qualité bien sur, mais aussi de par la personnalité du vigneron Henri Duboscq qui défend des méthodes et des idées qui, il faut le dire, ne sont pas toujours dans la ligne des grands du Bordelais. C’est ainsi que ce vin a toujours gardé unrapport qualité prix raisonnable, compte tenu d’une amélioration régulière de sa qualité et malgré l’ascension vertigineuse des prix des grands vins de Bordeaux. Ceci est lié aux valeurs que défend Henri Duboscq et sa politique commerciale puisqu’il préfère soigner sa clientèle fidèle de 18000 « particuliers ». Il tient à ce que ce soit celle-ci qui puisse continuer à acheter son vin plutôt que des riches américains ou asiatiques.

 C’est un article du figaro de vendredi dernier qui m’amène à rédiger ce petit billet. Le titre : « Surcotés, les prix des bordeaux 2005 s’écroulent » ! Bigre ça commence bien, encore une technique journalistique pour accrocher le chaland et l’article va parler d’autre chose me dis-je ? Presque… sauf que l’auteur de cet article est Bernard Burtschy, oenophile averti et statisticien du très observé Grand Jury Européen. Malgré son titre donc… cet article nous relate le classement du GJE pour les Bordeaux 2005.

Ce Grand Jury Européen réalise régulièrement des dégustations à l’aveugle selon un protocole très rigoureux. L’originalité de ces dégustations est de mettre honnêtement sur une même ligne de départ les plus grands crus avec des vins moins célèbres…

« Créé en 1996 par François Mauss, le GJE se veut une alternative sur la cotation des grands vins du monde par rapport aux notes individuelles des meilleurs critiques mondiaux, particulièrement les anglo-saxons dont le GJE adopte la méthode de cotation sur 100 points pour faciliter les comparaisons internationales.
Sa méthode : réunir régulièrement au moins 12 de ses 15 Membres Permanents, d’au moins 6 pays différents de l’Union Européenne (et Suisse) afin de leur faire déguster à l’aveugle un maximum de 68 vins en deux sessions journalières de 3 heures, sous contrôle d’une entité juridique.

Dans un esprit de totale indépendance, le GJE acquiert les vins sur le marché ou auprès des producteurs ».

Dégustation du millésime 2005 de Bordeaux par le grand Jury Européen :

       Villa d’Este (Lac de Côme) Italie – Novembre 2008

Cette dégustation du millésime 2005 s’est déroulée en deux phase, la 1ère à Bordeaux en juin 2008 (grande salle de Léoville Poyferré) ou 162 crus ont été dégustés, la seconde en Italie à la villa d’Este (lac de Côme) en novembre 2008 ou 81 crus ont été in fine dégustés.

Les dégustateurs sont des personnalités de haut niveau sélectionnées parmi des experts, des producteurs… et où l’on retrouve 3 meilleurs sommeliers du monde. Bref un panel de ce qu’il se fait de mieux comme papilles à l’heure actuelle.

Les résultats font l’objet d’une analyse statistique rigoureuse, notamment en ce qui concerne la cohérence des jugements des dégustateurs.

 

Les résultats et le classement des Bordeaux 2005 par le grand Jury Européen :

1   Pape Clément
2   Lascombes
3   Lafite-Rothschild
4   Mouton-Rothschild
5   Ausone
6   Monrose
7   Haut Marbuzet   
8   Smith-Haut-Lafitte
9   La Gomerie
10 Clerc-Milon
11 Ducru-Beaucaillou
12 Domaine de Chevalier
13 Prieuré Lichine
14 Haut Condissas
15 La Mondotte
16 Léoville Poyferré
17 Valandraud
18 Montbrison
19 Virginie de Valandraud
20 Palmer
21 Le petit Mouton
22 Le Gay
23 La Mission Haut-Brion
24 Pichon BaronBrion
25 Angelus
26 Malartic-Lagravière
27 Roi-Valentin
28 D’Armailhac
29 Gracia
30 Latour
31 Larcis Ducasse
32 Margaux
33 Troplong-Mondot
34 Cheval-Blanc
35 Lafon Rochet
36 Pavie-Macquin
37 Monbousquet
38 Canon La Gaffelière
39 Les Grands Chênes
40 Le bon Pasteur
41 Marojallia
42 Fleur Cardinale
43 Balthus
44 Tour Seran
45 Haut Brion
46 Beau – Séjour Bécot
47 Clos l’Eglise
48 Pichon Contesse
49 Dassault
50 Branas Grand Poujeaux
51 Petrus
52 Haut-Carles
53 Vrai Canon Bouché
54 Rollan de By
55 La Couspaude
56 Clos des Jacobins
57 Tertre Daugay
58 Le Défi deFontenil
59 Belgrave
60 Clos Badon
61 Clos Fourtet
62 Clos du Jaugueyron
63 D’Aiguilhe
64 Clos de l’Oratoire
65 Chapelle d’Ausone
66 Beauregard
67 La Louvière
68 Lucullus
69 Branon
70 Joanin Bécot

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cette dégustation et je conseille d’ailleurs aux mordus…. ou simplement aux curieux, d’aller sur le site du Grand Jury Européen. Disons tout de suite que 2005 est une très grande année puisque 34 vins obtiennent une note supérieure à 90. Du jamais vu au GJE ! Mais ce qui saute d’abord aux yeux c’est la grande réussite des vins de la rive gauche (Pauillac, St Julien, St Estèphe, Margaux…) et parmi ceux ci notre Chateau Haut Marbuzet qui se classe 7ème avant des Latour, Margaux, Haut Brion Cheval Blanc et autres Angélus… Comme quoi le pouvoir de l’étiquette, lorsqu’on l’a sous les yeux…. Mais surtout cela me conforte sur ce que j’ai toujours recherché c’est le bon rapport qualité prix. Que ce soit avec des vins comme celui ci au prix déjà relativement élevé, mais aussi et surtout avec des petits prix qui recèlent parfois des vins d’une extraordinaire qualité. Il faut savoir les saisir au bon moment !

 

Rencontre avec Henri Duboscq à Haut Marbuzet

Ajouté le 7 avril 2013 :

Une verticale de Haut Marbuzet dans le cadre du club OenoLyon