ou Miles Davis et le Jazz modal (2)

 

Le concert

 MacCoy Tyner était à Rouen jeudi 26 au hangar 23 avec un quartet de choc : Gary Bartz au sax alto partenaire de Miles lors des Cellar doors sessions à Washington, Eric Kamau Gravatt le batteur de Weather Report et Gerald Cannon à la contrebasse. Au programme :

– "Fly with the wind"
– "Ballad for Aisha"
– "Moment’s notice" (de John Coltrane)
– "Angelina"
– "In a mellow tone" (de Duke Ellington)
– "Walk spirit, talk spirit"
– "Suddenly"
– "Blues on the corner"… toutes les compositions sont de MacCoy Tyner, sauf indications

McCoy Tyner quartet jeudi 26 novebre 2009 au Hangar 23 à Rouen

 

McCoy Tyner est né à Philadelphie en 1938, il a donc 71 ans, une belle et grande élégance avec une démarche un peu difficile en arrivant sur scène, liée à son âge, qui m’a rappelé celle de Oscar Peterson que j’avais vu pour son dernier concert au Palais des Congrès à Paris juste avant qu’il ne disparaisse.

Dès l’âge de 15 ans il dirige sa propre formation. Il cotoie ses voisins les frères Powell, Richie et surtout Bud, autre pianiste d’anthologie. Ses premiers engagements sérieux viennent avec le trombonniste Curtis Fuller, le Jazztet de Benny Golson

 

 

 

MacCoy Tiner dans "In a Mellow tone", hommage au Duke

MacCoy Tyner est un compositeur et un pianiste prolifique puisqu’il a enregistré sous son nom environ 65 albums. Son premier album Inception date de 1962, en trio avec Elvin Jones à la batterie.

On peut dire de lui que c’est l’inventeur de la couleur modale au piano, mais sa musique se teinte également de hard bop de free jazz et de jazz fusion.

Ses phrases sont mélodiques et percussives, doté d’une main gauche extraordinaire, son jeu est puissant.  Il est capable de phrases fleuves qui font de lui un véritable héritier de Art Tatum. Mais il sait aussi être au service du soliste en 

lui apportant apaisement et sérénité.

 

Gary Bartz est un familier de MacCoy Tyner puisqu’il a été gratifié d’un Grammy Award pour sa prestation sur l’album Illumination du pianiste en 2004. Avec son groupe the "Ntu troop" il a mélangé soul, funk, hard bop et avant garde jazz.

Eric Kamau Gravatt au début de l’aventure Weather Report avec Joe Zawinull, Wayne Shorter…

Quant à Gerald Cannon, c’est un superbe contrebassiste moins connu, nous ayant gratifié de quelques chorus epoustouflants et très talentueux.

 

 

Gary Bartz et la session rythmique, Eric Kamau Gravatz et Gerald Cannon

 
         
    

Ci dessous deux vidéos du quartet de MacCoy Tyner tel qu’il s’est présenté à Rouen
"Fly with the wind" et "Walk spirit Talk spirit"
 

Le Jazz modal

Le penseur et le théoricien de ce courant musical est le compositeur, pianiste et chef d’orchestre George Russell né en 1923 et qui vient de s’éteindre le 26 juillet de cette année 2009. Il est l’auteur du concept lydien d’organisation tonale, est l’un des premiers défricheurs du jazz modal, avec son ouvrage The Lydian Chromatic Concept Of Tonal Organization For Improvisation, publié justement en 1959.

Il propose de jouer un jazz basé sur des modes (gammes ou séries de gammes) plutôt que sur des accords, des harmonies et le contrepoint.

L’approche harmonique est basée sur les enchaînements d’accords lesquels donnent lieu à des lignes mélodiques. L’approche contrapuntique, elle, considère en premier lieu la qualité des lignes mélodiques en les superposant. Les lignes mélodiques se doivent d’être les plus conjointes possibles et ont le même importance. Les exemples les plus caractéristiques sont le canon ou la fugue. Le grand spécialiste du contrepoint c’est J.S. Bach. Néanmoins une ligne mélodique avec un accompagnement c’est du contrepoint. 

Contrepoint et harmonie sont donc intimement liés.

 

 

"My favorite things" – Quartette de John Coltrane avec Jimmy Garrisson à la bass et MacCoy Tyner au piano époustouflant… au début et à la frontière du free jazz…
 

MacCoy Tyner est un sans aucun doute un monstre sacré  pour avoir participé à l’éblouissante aventure du quartette de John Coltrane. L’album phare de cette époque est My favorite things que Coltrane enregistra en 1961, qui prolonge les innovations de Kind of Blue l’album de Miles DavisLe morceau titre propose de longues plages modales, alternant en majeur et en mineur où Coltrane joue du saxophone soprano accompagné par McCoy Tyner au piano qui a alors 23 ans, le batteur Elvin Jones (frère de Hank Jones le pianiste et de Thad Jones le trompettiste) et le contrebassiste Jimmy Garrison

Monstre sacré car il a apporté au piano jazz moderne une contribution essentielle, sur le plan harmonique mais aussi un toucher et une puissance exceptionnelle.