Cela fait déjà plusieurs fois que la présentation tendancieuse d’articles de cette revue me fait sursauter. Cette fois ci c’est la bonne, je me suis fendu d’un petit courrier à la rédaction pour ne pas reconduire mon abonnement. Je ne sais pas si il y a un "lien" avec les revues au titre similaire : Sciences et Vie et Sciences et Vie Junior. Mais d’une manière générale ces titres emboîtent la pensée unique comme Sciences et Avenir ou alors, plus inquiétant, cautionnent des affirmations idéologiques, des approximations scientifiques et des pseudo-sciences réfutées depuis longtemps (Sciences et Vie). Ou l’accréditation du pouvoir des sorciers comme l’a fait récemment Sciences et Vie Junior.
Ne reste t-il que La Recherche et Pour la Science sans idéologie et sans parti pris ? A vérifier.
 

 

 

 

 

Cultures en terrasses en Chine

 

               L’homme et l’agriculteur en particulier  ont toujours magnifiquement su entretenir et améliorer  leur environnement…

…n’est ce pas Monsieur Yann Arthus Bertrand.

 

 

Bonjour,
Veuillez trouver ci joint un courrier traduisant mon insatisfaction concernant le traitement de l’information par votre revue.
Et par voie de conséquence mon souhait de non réabonnement.
Je n’en ai pour preuve que les titres de votre dernier numéro  concernant le climat :

"La surenchère des climatosceptiques" (en page de couverture) : Ne pensez vous pas que cette surenchère se trouve du côté du GIEC, de son alarmisme basé sur des modélisations hasardeuses qui ne sont en tous cas pas en rapport avec l’état de la science climatique et ses incertitudes actuelles.
"Ceux qui accusent et ceux qui produisent de l’information" : Ce titre et les commentaires associés sont on ne peut plus tendancieux. Cette ségrégation est manichéenne, tout ce que vous faites dire aux uns vous pouvez le faire dire aux autres.
 
Je viens de recevoir le dernier n° de sciences et Avenir. J’ai le regret de vous dire que l’information que vous fournissez n’est pas différente de celle que l’on retrouve dans la grande presse, en particulier eu égard au traitement et à la rigueur scientifique dont elle devrait s’inspirer.

 

J’en veux pour preuve vos articles sur le climat.

Ils donnent l’illusion de traiter exhaustivement le sujet, mais sur le fond vous prenez parti et ne faites que continuer a asséner les canons du GIEC, alors que Phil Jones lui-même vient de reconnaître dans une interview publiée à la BBC le 10 février dernier que :

– Les réchauffements observés pendant les périodes 1860-1880, 1910-1940, 1975-1998 et 1975-2009 ne sont pas statistiquement différents.

Il n’y a pas de réchauffement enregistré entre 1995 et 2009, il y a même un léger refroidissement mais qui n’est pas significatif.

La possibilité que la planète ait connu au Moyen âge des températures équivalentes à aujourd’hui existe.

Les sources naturelles (non anthropiques) du réchauffement observé depuis 1975 sont en dehors de son domaine d’expertise.

Ces déclaration étonnantes de la part d’un très actif réchauffiste sont l’antithèse de tout ce que le GIEC avait communiqué jusqu’au Climate Gate, que Phil Jones lui-même avait contribuer malhonnêtement a étayer.

La seule chose que vous trouvez à dire sur Phil Jones c’est qu’il a fait l’objet de menaces de mort. C’est effectivement terrible pour un chercheur intègre de cette pointure !

Je pourrais multiplier les exemples sur votre dossier. Je pense tout simplement que votre dossier n’est pas objectif et qu’il est même tendancieux. Vous essayez de faire croire que vous donnez la parole aux sceptiques, mais vous croyez profondément au crédo réchauffiste. Je ne connais pas votre organisation, mais j’ai l’impression que, soit vous êtes noyautés par ces mêmes organisations écolo qui elles mêmes ont noyauté le GIEC et nos politiques, soit tout simplement vous faites de la presse dite scientifique pour l’audimat et la plus grande masse des nouveaux croyants.

 

Vous avez traité de la même façon les dossiers OGM et abeilles.

En ce sens que vous avez toujours préféré donner, non pas la parole, mais votre aval à des pseudo scientifiques idéologiquement engagés comme Séralini… plutôt qu’aux avis de l’AFSSA qui regroupe les véritables compétences intègres et indépendantes. Plusieurs numéros concernant la saga des abeilles m’avaient à l’époque particulièrement choqué. Vos colonnes étaient largement consacrées entre autres aux gesticulations des syndicats apicoles et autres ONG vertes sur, par exemple le dernier accusé en date le Cruiser, alors que le remarquable avis de l’AFSSA clôturant 10 années d’observations et d’études sérieuses et intègres du problème ne méritait qu’un petit encadré à peine commenté. De quel côté se trouve la Science ?

 

Dans ces conditions je suis au regret de vous dire que je ne renouvellerai pas mon abonnement à votre revue. Il vous est par ailleurs tout a fait possible de passer ces quelques lignes dans votre courrier des lecteurs.

 

Bernard CURE

Ingénieur agronome