Linselles, un petit village tranquille au Nord de Lille, près de la frontière Belge, jouxtant Wambrechies ou j’ai passé mes 20 premières années. Une des deux « montagnes » de ce plat pays, avec la montagne de Wervicq, qui culmine à 50 mètres dans un paysage entre Deûle et Lys à 12 – 15 mètres au dessus du niveau de la mer.

Porte de la ferme de Hautevalle à Linselles

Dans ce paisible village, ou mon neveu enseigne toujours, vivent les familles de deux copains. L’un avait quitté Linselles il y a 2 ans pour aller s’investir en Centrafrique et au Niger dans l’humanitaire. L’autre venait juste de le rejoindre pour préparer le mariage du précédent avec une jeune Nigériane de Niamey. Ils avaient tous deux 25 ans. A cet âge là, j’étais moi-même il y a 40 ans en Algérie dans le cadre de la coopération militaire, dix ans après l’indépendance, un régime soviétique, l’intégrisme n’étant encore que peu visible…

Leurs retrouvailles se sont malheureusement terminées dramatiquement puisqu’après avoir été enlevés près de Niamey au Niger, ils ont été sauvagement exécutés par leurs ravisseurs pendant que ceux-ci tentaient de les emmener au Mali dans une zone refuge plus au Nord (région de Timétrine, au sud ouest de Tamanrasset.

Une explication dramatiquement simple

Depuis la tentative de libération et l’exécution de Michel Germaneau au Mali en juillet dernier où 7 djihadistes ont été tués, les actions de d’Aqmi (Al-Quaïda au Maghreb islamique) se sont multipliées : en septembre 5 français employés d’Areva dans les mines d’uranium d’Arlit au Niger sont enlevés et encore retenus en otage au Mali, le 5 janvier 2011 attentat contre l’ambassade de France à Bamako au Mali et le 7 janvier enlèvement des deux jeunes Nordistes.

La loi de la « diyya » est codifiée par l’Islam. C’est la loi du « prix du sang » réclamée par les clans auxquels appartenaient les 7 djihadistes tués en juillet dernier. Les rançons doivent servir à « indemniser les proches ». C’est dans le cadre de cette vengeance que les deux Français ont été enlevés à Niamey, mais pas seulement. Ils n’ont pas été choisis au hasard dans le restaurant ou d’autres français déjeunaient. C’est parce que Antoine de Léocour devait se marier une semaine plus tard avec une jeune Nigérienne qu’il a été choisi. Pour l’islam radical, les mariages mixtes sont intolérables.

L’islam religion de la Charia, le christianisme religion de « l’esprit contre la loi ».

Je ne peux m’empêcher de rapprocher ce dramatique évènement du dernier épisode de l’émission de Jean François Rabilloud « Ferry / Julliard » : le christianisme, religion de l’amour et de la laïcité.

Constatant le recul du christianisme en Europe, Ferry l’explique par le fait que l’Europe républicaine a absorbé le message chrétien. Message de l’Esprit contre la Loi. La religion chrétienne repose sur la notion de « forum intérieur » qu’il tente d’expliquer par l’épisode de la femme adultère où Jésus dit : « la loi c’est la lapidation… mais que celui qui n’a jamais pêché jette la première pierre ». Jésus renvoie ainsi chaque individu à sa conscience et joue ainsi l’Esprit contre la Lettre de la loi.

Dans l’évangile il n’y a aucune juridicisation de la vie quotidienne.

A l’inverse, le Coran qui est la source principale de la Charia, la loi islamique, contient le germe de nombreuses règles comportementales, règles pouvant être émises dans des fatwas par exemple qui couvrent tous les aspects de la vie, jusqu’à la vie quotidienne qui est ainsi juridicifiée : interdits alimentaires, héritage, mariage… compensations pour blessures et meurtres.

C’est dans ce cadre que la justification religieuse de cet évènement dramatique peut s’expliquer.

LCI « Ferry / Julliard » : le christianisme, religion de l’amour et de la laïcité.

Advertisements