Une nouvelle fois, (voir ici), Le Monde publie des informations totalement eronnées, complètement invraisemblables, sans le moindre souci de vérification des sources, pour peu qu’elles aillent dans le sens de l’idéologie dominante. Il n’est pas seul sur le coup : Libération, Le Figaro, Boursorama (dans un long article inhabituel, flambée des matières premières oblige…) et même Sciences et Avenir se sont fait piéger par une dépêche de l’AFP qui une fois de plus n’a pas plus vérifié ses sources que ses abonnés.

Les rubriques Sciences, le climat et la météo, les OGM… des grands journaux nationaux sont trustées par des journalistes partisans et idéologues dont le principal souci est de diffuser leur message politique plus que d’apporter des faits et informer impartialement leurs lecteurs. Ce qui est encore plus inadmissible, c’est qu’un journal comme Sciences et Avenir, dont l’information scientifique est le métier et dont le professionnalisme voudrait que toute information soit vérifiée avant d’être publiée, participe également à cette mascarade. J’appelle cela une presse de conviction et non d’information. Mais ceci ne m’étonne guère… voir mon billet de mars 2010 : « Je ne renouvelle pas mon abonnement à Sciences et Avenir »

Les faits

EurekAlert, un obscur site internet de news, géré par l’AAAS (Association Américaine pour l’Avancement des Sciences, éditeur de la revue Science dont l’orientation ultra-alarmiste est patente) a rapporté le 18 janvier une étude de la branche américaine d’une ONG Argentine mentionnant un réchauffement possible d’au moins 2,4 degrés de la température du globe d’ici 2020. Réchauffement qui, combiné à un important accroissement de la population va créer des pénuries désastreuses dans l’approvisionnement alimentaire mondial des principales cultures. Le Monde reprend le même jour : “Le réchauffement climatique menace l’agriculture – LEMONDE.FR avec AFP | 18.01.11 | 20h51″. Ne cherchez pas, l’article a depuis été effacé, et pour cause !

Ce communiqué alarmiste est simultanément repris par l’AFP  qui titre le 19 janvier matin : « Réchauffement et population accrue entraîneraient des pénuries alimentaires d’ici 2020 ». Les autres journaux reprendront tel quel le communiqué de l’AFP.

Lorsqu’on fouille un peu, ce qu’a fait le quotidien Anglais « The Guardian », pourtant peu taxé de soutenir les causes climatosceptiques, on apprend que la dépêche Eurekalert se base sur une étude produite « à partir d’extraits du rapport du GIEC 2007 et d’autres publications d’organisations internationales » par une ONG argentine, le FEU (Fundacion Ecologia Universal), dont le conseiller scientifique est un ancien co-président du Groupe II du GIEC, le Dr Osvaldo Canziani. L’étude intitulée : « The Food Gap — The Impacts of Climate Change on Food Production : A 2020 Perspective«  a été rédigée par Liliana Hisas, ancienne rédactrice au GIEC, actuellement Directrice de l’Universal Ecological Fund, l’antenne américaine de la fondation Argentine…. Que du beau monde !

La presse française, « Le Monde » en particulier, sont inexcusables

The Guardian a réagi très vite le 19 janvier en milieu de journée :   « EurekAlert! carried a study with unfounded global warming claims that the planet would warm by 2.4°C by 2020 » (EurekAlert a réalisé une étude associée à des revendications infondées stipulant que la planète se réchaufferait de 2,4 ° C d’ici 2020).

L’AAAS a supprimé la référence de son site le 19 janvier après midi. Le FEU maintient bien entendu son étude…. C’est sa raison d’être ! Quant à l’AFP elle a publié un nouveau communiqué le 19 janvier après midi : « Réchauffement climatique: des experts jugent fausse une étude alarmiste ».

La presse française ne sait même plus désinformer intelligemment. Voir le décapant article de Vincent Bénard dans Objectif Liberté.

Le fameux journal dit de référence a   attendu le 21 janvier… pour publier un article intitulé : « Un rapport trompeur sur le changement climatique circule sur le Net ». Signé par l’innommable Foucart bien entendu. Cet article passe complètement sous silence celui du 18 janvier qui aujourd’hui ne figure plus sur le site du journal… vu son énormité ! Mais comble de la perfidie Le Monde indique dans ce titre que c’est le Net qui véhicule des informations trompeuses… alors que la blogosphère n’a réagi qu’après la parution de la dépêche de l’AFP et les articles des journaux ! Et c’est bien le Net qui a relevé l’énormité des affirmations non vérifiées par l’AFP, Le Monde et bien d’autres.

Signification d’un réchauffement de 2.4°C d’ici 2020

Pour ce faire j’ai repris un schéma réalisé par Jean Martin sur son site Pensée unique.

Les courbes présentées sur ce graphique sont celles de James Hansen, « gourou » du réchauffement climatique anthropique, directeur du GISS et responsable des mesures de température dites GISTEMP, présentant ses « scénarios » alarmistes devant le Sénat US en 1988. Elles correspondent pratiquement aux modélisations alarmistes du GIEC.

– Le scénario A (courbe en trait plein) supposait que les émissions de gaz à effet de serre allaient continuer à croître comme ils l’ont fait entre 1970-1980.
– Le scénario B (courbe en tireté) correspondait à une stabilisation des émissions de GES.
– Le scénario C (courbe en pointillé) correspond à un recul très important des émissions de gaz à effet de serre qui ne s’est pas produit. Bien au contraire.

Jean Martin a superposé à ce graphique :
– Un double rond rouge pour indiquer la « prévision » rapportée par le Monde et l’AFP.

Il est évidemment totalement impensable que l’on puisse passer de la situation actuelle indiquée par un rond bleu, à celle indiquée par un rond rouge. D’autant plus que de nombreux chercheurs, dont plusieurs collaborateurs du GIEC, pensent que nous nous dirigeons plutôt vers une période de stagnation ou de refroidissement prolongée.

– Un double rond bleu, pour indiquer la situation actuelle de la température globale en 2010 selon les mesures du GISS (pilotées par J. Hansen). Cette mesure de la température globale est la plus pessimiste des quatre séries de mesures officielles que Jean Martin rapporte dans sa page indicateurs. Comme on le voit, les températures globales 2010 (« l’année la plus chaude avec 2005 », disent les journalistes) du GISS se trouvent très proches du scénario C qui supposait que nous aurions très sérieusement limité les émissions de gaz à effet de serre dans les années 1990-2000. Autrement dit, les scénarios présentés par James Hansen devant le Sénat Américain en 1988, comme des preuves absolues du réchauffement à venir, n’ont rien à voir avec la réalité observée.

En guise de conclusion

Il faut lire les commentaires de l’article du Monde, en espérant que le journal aura la déontologie de les y laisser… ce qui n’est pas des plus certain. 95% de ces commentaires sont complètement défavorables au contenu de l’article, au comportement du journal et de son peu scrupuleux journaleux « scientifique » Stéphane Foucart. Cette situation eut été encore impossible il y a encore 2 ans, preuve que l’opinion du public est bien en train de changer vis a vis de ces manipulations en chaîne.

Alors ne cherchons pas ailleurs les raisons de l’écroulement du tirage de cette presse, écroulement compensé par ailleurs par d’énormes subventions publiques… ceci expliquant certainement cela !