Ce comptage est organisé tous les ans par le GONm (Groupement Ornithologique Normand). Le premier du genre date de 2004. C’est donc de la 10ème édition dont il s’agit. Elle s’est déroulée les samedi 26 et dimanche 27 janvier 2013.

Je fais habituellement ce comptage avec mon ami Jean Paul, mais les conditions climatiques de cette année n’ont pas été favorables à un déplacement sur Fontaine : pluies samedi matin sur un sol gelé puis dégel l’après midi

Finalement j’ai réalisé ce comptage seul le lundi 28 janvier, par une journée un peu plus clémente. Assez peu d’oiseaux finalement dans le périmètre délimité autour de la maison : mésanges bleues et charbonnières, pinsons, pic épeiche, merles, tourterelles turques, geais…, l’avifaune classique des « hauts de la Ruette », ainsi que 2 verdiers ce qui est nouveau par rapport à l’année dernière.

3 hôtes récemment observés à Fontaine sous Preaux

Le Verdier d’Europe (Chloris chloris)

P1040401

Verdier d’europe mâle perché à la cime de tilleuls à petites feuilles – Photo prise le 28 janvier 2013 à Fontaine sous Préaux lors du comptage des oiseaux de jardin (Gohn)

Le Verdier d’europe est une espèce de la famille des pinsons (fringillidés), commune de nos campagnes où il vit en lisière de forêt, dans les broussailles, les grandes haies, les parcs et jardins.
Le plumage est brun jaune verdâtre, avec sur les ailes une tache jaune vif allongée et caractéristique (voir photo ci contre).
L’allure est assez puissante avec une grosse tête et un gros bec. Son bec solide lui permet de se nourrir des plus grosses graines pendant l’hiver. Il est très attiré par les mangeoires avec des graines de tournesol.Le verdier chante très souvent d’un endroit élevé et en vue comme ici dans la cime de tilleuls à une vingtaine de mètres de hauteur.
P1040407_2
 P1040403_2

Le roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla)

Roitelet triple bandeau Le Roitelet à triple bandeau est une espèce relativement commune des forêts de feuillus  ou mixtes, des sous-bois denses, des parcs avec buissons, maquis élevés, landes arborées et zones de chênes rabougris à feuilles persistantes. Le roitelet triple bandeau ressemble au roitelet huppé auquel il est très étroitement apparenté mais s’en distingue par la présence de sourcils noirs et blancs (ligne noire de part et d’autre de l’oeil sur fond blanc). Ces sourcils mettent en évidence le triple bandeau situé au dessus de la tête.
Le spécimen présent a été photographié le 24 janvier 2013, juste après la décade froide et neigeuse. Il est ici proche d’une porte fenêtre et vraisemblablement en état d’hypothermie et de sous nutrition. C’est en effet une espèce qui se nourrit uniquement de proies animales (insectes sous les feuilles ou les écorces d’arbre), plus rares et plus difficile à trouver pendant ce genre de période. P1040396_2

Le Pic vert (Picus viridis)

Pic vert mâle à la recherche de vers ou de fourmis dans les mousses et les graminées de la pelouse - Photo prise à Fontaine sous Preaux le 13 janvier 2013 avant la période de neige et de gel.

Pic vert mâle à la recherche de vers ou de fourmis dans les mousses et les graminées de la pelouse – Photo prise à Fontaine sous Preaux le 13 janvier 2013 avant la période de neige et de gel.

Pic vert mâle - Détail de la "moustache"

Pic vert mâle – Détail de la « moustache »

 

Le Pic vert est un bel oiseau, très présent mais également très farouche. Il est doté d’une vue exceptionnelle et détecte instantanément tout mouvement dans son environnement.
Ce sont ses magnifiques couleurs qui attirent l’attention, notamment le rouge du dessus de la tête et le plumage jaune vert du croupion. Le mâle est paré d’une « moustache », petite tâche rouge encadrée de noir située sous l’oeil et le bec (voir photo ci contre).
Le Pic vert affectionne les lisières des forêts et les bois clairs, situés à côté de prairies qui lui sont indispensables. On peut aussi les trouver dans les parcs et les grands jardins.Le Pic vert est l’oiseau de la pluie qu’il est sensé annoncer souvent à juste titre. En Normandie on l’appelle le « pleu-pleu ». Si son vol ondulé est assez lourd, c’est par contre un excellent grimpeur et bien qu’il soit souvent agrippé aux troncs des arbres il ne s’y nourrit pas et ne « tambourinne  » pas à la différence des autres pics comme le Pic épeiche également présent dans le biotope de Fontaine sous Préaux. Le pic vert se nourrit principalement à terre, à la recherche d’insectes et de fourmilières. Il peut également se nourrir de graines, de baies ou de fruits comme les nèfles ou les pommes tombées pendant l’hiver.
 P1040380

En attente, les résultats des comptages réalisés a travers toute la haute et basse normandie en 2013, dont les résultats sont synthétisés par le Gohn (Robin Ruddle)

Voir ici le billet et les résultats du comptage 2012

Bibliographie :

Oiseaux.net