P1070537_2C’est du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris dont il s’agit. Et d’une formidable opportunité d’avoir pu pénétrer, en compagnie d’une de ses animatrices, au cœur d’un des plus grands et des plus anciens herbiers du monde (8 millions de pièces), dont la rénovation vient juste de se terminer. En France, l’herbier du Jardin des Plantes de Montpellier, néanmoins le plus ancien jardin botanique, vient juste derrière avec 3,5 millions d’échantillons.

Galerie de Botanique du Muséum, située le long de la rue Buffon.

Galerie de Botanique du Muséum, située le long de la rue Buffon.

.

.

Introduction au voyage parmi les classeurs, les planches et la bibliothèque de l’Herbier du Muséum en compagnie d’Odile Poncy, botaniste plus particulièrement chargée ces derniers temps du chantier de rénovation.

La rénovation

Les armoires fixes d'origine à casiers fermés ont été remplacées par des blocs mobiles à casiers ouverts, permettant une consultation rapide.

Les armoires fixes d’origine à casiers fermés ont été remplacées par des blocs mobiles à casiers ouverts, permettant une consultation rapide. Quatorze salles de collection sont ainsi réparties sur 4 étages longs chacun de 70 m.

150 000 casiers moins hauts accueillent des dossiers contenant des planches directement accessibles, le tout dans une atmosphère climatisée (19°C et 50% d'hygrométrie, plus favorable à la conservation des spécimen.

150 000 casiers moins hauts accueillent des dossiers contenant des planches directement accessibles, le tout dans une atmosphère climatisée (19°C et 50% d’hygrométrie, plus favorable à la conservation des spécimen.

Les collections non consultables ont été intégrées aux collections déjà classées. Le classement de l'ensemble de l'Herbier a été modifié. Les millions de planches ainsi rassemblées ont été numérisées pour constituer un herbier virtuel consultable en ligne.

Les collections non consultables ont été intégrées aux collections déjà classées. Le classement de l’ensemble de l’Herbier a été modifié. Les millions de planches ainsi rassemblées ont été numérisées pour consultation en ligne.

.

.

.

……………….

..

..

Galerie d'expositions vue de la bibliothèque au premier étage.

Galerie d’expositions vue de la bibliothèque au premier étage.

P1070571_2.

L’actuel bâtiment dit de Botanique, classé Monument historique, accueillit l’Herbier en 1936. Très vite celui-ci s’est révélé inadapté. Une rénovation était nécessaire, aussi bien du bâti que des collections botaniques et documentaires :

  • 1 million de spécimens étaient en attente de traitement et ont été ainsi rattachées aux collections.
  • 6 millions de planches d’herbiers ont été reconditionnées, numérisées et reclassées par famille botanique, alors qu’auparavant elles étaient classées par zone géographique.

 

.

.

P1070572_2P1070573_2La rénovation de la Galerie de Botanique a été également l’occasion d’ouvrir une bibliothèque restructurée. Avec 45 000 monographies, près de 2000 titres de périodiques, plus de 60000 tirés à part et de nombreux « titres et travaux » et biographies, ces fonds constituent un important patrimoine pour les chercheurs. Des manuscrits, des dessins et des estampes sont également à leur disposition.

.

Les « Herbonautes »

A la suite de la récente numérisation de l’Herbier national du Muséum, un travail de décryptage des planches d’herbier souvent anciennes est proposé, via un site internet de science collaborative, à toute personne voulant s’intéresser au sujet. La tâche est organisée en plusieurs missions thématiques. Chaque mission regroupe un ensemble d’images de spécimens correspondant au thème de la mission. Par exemple, en cours :

  • Protéacées d’Afrique et de Madagascar,
  • histoires de blés,
  • à la découverte de quelques plantes antipaludiques, gare aux moustiques…

L’objectif est de reporter dans un fichier centralisé, toutes les informations d’identification présentes sur les étiquettes de chaque plante numérisée (lieu de récolte, date de collecte, etc…).

Le site Les Herbonautes

Quelques superbes planches

Pityrogramma chrysophylla - Fougère récoltée par le Père Charles Plumier entre 1689 et 1695 aux Antilles

Pityrogramma chrysophylla – Fougère récoltée par le Père Charles Plumier entre 1689 et 1695 aux Antilles

Fucus cartilagineus - De l'herbier de Lamarck acquis en 1886

Fucus cartilagineus – De l’herbier de Lamarck acquis en 1886

On ne présente plus Lamarck, auteur d’une Flore Française en 1779, considéré comme le fondateur de la biologie en tant que science de la vie. Il est également l’auteur d’une théorie de l’évolution, différenciant les êtres vivants des objets inanimés étudiés eux par la physique. Le transformisme de Lamarck est basé sur une complexification et une diversification des êtres vivants, et en quelque sorte de leur adaptation au milieu. Darwin prolongera cette vision avec sa théorie de l’évolutionnisme, et les mécanismes de la sélection naturelle. Tous deux s’opposaient fermement à la théorie créationniste (la génération spontanée) enseignée et soutenue à l’époque par l’église.

Quant au Père Charles Plumier, c’est un botaniste plus discret qui après avoir herborisé en Provence et Languedoc part, comme botaniste du roi Louis XIV aux Antilles et en Amérique du sud. Il rédige un Traité des Fougères de l’Amérique qui sera publié en 1705 juste après sa mort. Précurseur du classement des végétaux en genres, il l’est également au niveau de la dédicace botanique en attribuant un genre aux savants qu’il admire : les Bégonias à Charles Begon, les Fuschia au botaniste allemand Leonhardt Fuchs… Egalement le Magnolia, originaire de la forêt Antillaise, en l’honneur de Pierre Magnol autre botaniste Montpelliérain a qui l’on doit le classement des plantes par familles (au dessus du groupe genre).

….

Vieilles collections reliées

Vieilles collections reliées

Dossier de M. Adanson... à étudier. Il fait paraître en 1768 un mémoire illustré sur le Baobab (Adansonia digitata...)

Dossier de M. Adanson… à étudier. Il fait paraître en 1768 un mémoire illustré sur le Baobab (Adansonia digitata…)

….

….

….

P1070550_2

Bibliographie

couv_ouvrage_herbierdumuseum

Couverture de l’ouvrage : L’Herbier du Muséum

L’Herbier du Muséum – L’aventure d’une collection
Coédition Artlys – Muséum national d’Histoire naturelle
160 pages / environ 200 illustrations / 25 €
Parution décembre 2013

Ce livre, écrit par les botanistes du Muséum, raconte l’aventure de l’Herbier depuis le Cabinet du roi en 1635 jusqu’à sa récente rénovation, le voyage des plantes par-delà les océans, leurs usages, les systèmes de classification, l’introduction et la disparition des espèces. Il présente les portraits des grands botanistes qui l’ont constitué, dont Tournefort, les Jussieu, Humboldt et Bonpland, ainsi qu’une sélection commentée de plus de quatre-vingt planches, parmi les plus belles de la collection.

.

.

.

.

.

Publicités