P1070791_2 copie

Par le plus grand des hasards, pour moi qui ne regarde pratiquement plus la télé, j’ai rencontré en ce début d’année Jean d’Ormesson.

Quelle grande satisfaction de débuter l’année avec Jean d’Ormesson.

8 janvier 2016, le matin, j’attendais mon tour pour une vérification sur ma voiture. Un poste de télé était branché dans l’espace clients, nous étions juste à l’heure d’une interview  de Jean d’Ormesson par J.J. Bourdin.

Vingt minutes pour une magnifique leçon d’optimisme, de tolérance… Un regard limpide sur la société actuelle, d’hier et de demain, sur les politiques, les communicants, les religions, la mort…

Quelle magistrale façon de prendre de la distance, de la hauteur par rapport aux hommes, aux choses et aux évènements. Ce que les médias dans leur grande majorité, dans leur besoin primaire de traiter l’instant et le sensationnalisme des évènements ne font pas.

Quel plaisir d’écouter cet homme de 90 ans s’exprimer dans notre belle langue française :

D'OrmessonC’est ici.

Pour ceux qui n’auraient pas le temps de tout regarder , quelques phrases intéressantes :

« J’aime bien les athées… Les athées sont assis à la droite de ce Dieu auquel ils ne croient pas »

A Mitterrand, sur la remise des juifs allemands par Vichy à Hitler en août 1940 : « Mon père (nommé par Pétain, Président de la Croix Rouge Française) n’a pas pu le supporter, vous avez mis trois ans à comprendre… mon père une journée ».

D'ormesson2

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », emprunté à Aragon pour le titre de son dernier livre.

Sur les conseils de mon amie Muriel, voir ici l’excellente émission de la 5 « La Grande Librairie » du 7 janvier et la présentation de son livre. Cela donne envie de le lire… ainsi que les autres livres qui nous plongent au cœur de l’actualité.

 

Publicités