Je lis récemment dans la presse que notre Ministre de la santé va convoquer courant 2016 une « conférence citoyenne » pour redonner confiance aux Français en la vaccination… Déjà, l’appellation de « conférence citoyenne » me hérisse le poil mais le titre du journal « Le monde » est symptomatique d’une dérive de l’information, le journal titrant : vers la fin de la vaccination obligatoire ?

Au delà de la presse, quels sont les principaux éléments qui peuvent expliquer la réticence des français, voire la franche opposition à la vaccination :

La gestion calamiteuse par R. Bachelot de la grippe H1N1. En suivant aveuglément les consignes alarmistes de l’OMS (autre organisme Onusien comme l’OMM et le GIEC…) et en écartant de l’acte les médecins traitants, pourtant les mieux placés, au profit des centres de vaccination et des hôpitaux.

Une désinformation entretenue par des groupuscules activistes plus ou moins organisés en des lobbies anti-vaccinations, mettant en avant qui de l’aluminium, qui des effets « secondaires » imaginaires dont la cause n’a jamais pu être démontrée, avec en corollaire le gros capital et les labos s’enrichissant sur le dos du petit peuple…

La perte de confiance dans les experts, dans les experts de bonne foi soupçonnés de conflit d’intérêt avec les labos, au profit de charlatans qui véhiculent la peur et l’apocalypse sur internet, le tout favorisé par les politiques et la presse plus avide de sensationnalisme que de gestion du problème en bon père de famille.

Ce constat et cette situation sont identiques à ce que l’on observe dans d’autres domaines : OGM, pesticides, ondes électromagnétiques…

vaccinLa réalité, c’est que nous vivons aujourd’hui dans un pays maintenant complètement sécurisé sur le plan sanitaire, justement grâce à l’habitude de la vaccination et à la vaccination obligatoire. Cette situation est identique à ce qui se passe dans le cas de l’agriculture biologique : on peut pratiquer cette culture sur 5% de la surface agricole sans intervenir sur le parasitisme parce que l’environnement a été débarrassé des parasites par l’utilisation de pesticides sur 95% des parcelles en culture traditionnelle. De la même façon, quelques individus peuvent refuser la vaccination sans prendre trop de risques personnels et à court – moyen terme dans un environnement où la maladie a quasiment disparu suite à la vaccination d’une majorité des individus.

Tout se passe comme si la crainte de quelques très rares véritables effets secondaires avait pris la place de la crainte de la maladie elle même. vaccin2  Rappelons que dans le domaine de la biologie, humaine ou végétale, le risque zéro n’existe pas. Aujourd’hui ces maladies ne sont donc plus une préoccupation pour les individus chez qui l’on voit apparaître un certain relâchement. Je dirai que cette attitude est « normale » et qu’avec ce type de personnes elle peut se corriger aisément.

Par contre ce qui est parfaitement ahurissant c’est l’activisme d’un certain nombre de groupuscules qui jettent le discrédit sur cette attitude préventive face à la maladie en utilisant des techniques que l’on a vu fleurir avec les OGM, les pesticides, les ondes électromagnétiques, en propageant la peur par tous les moyens. Pour rédiger cet article je suis allé sur quelques forums ayant pignon sur rue en matière médicale. C’est effrayant de voir comment la peur s’empare de certains individus, de les voir basculer dans une attitude agressive, rageuse : théorie du complot, arguments pseudoscientifiques, effets secondaires de tous ordres….

Pour ne prendre qu’un exemple d’une maladie en recrudescence suite au relâchement de la vaccination : la rougeole tue 1 malade sur 100 dans les pays pauvres, mais encore un malade sur 1000 dans les pays riches… ce n’est pas une maladie bénigne, quoi qu’en disent les opposants à la vaccination.

L’émigration par les voyages et l’immigration sont des facteurs actuels d’augmentation des risques et de recrudescence de toutes ces maladies oubliées.

Tout est dit par cet expert de bonne foi dans un excellent article :

L’origine du refus des vaccinations – Pierre Bégué,  SPS n°302 – Octobre 2012

Publicités