Voir billet précédent ici : RECHAUFFEMENT DU CLIMAT, ONU, GIEC, COP 21 (1)

COP21

COP21 – Le Bourget, 13 décembre 2015 – Un sommet aussi dramatiquement inutile et coûteux que les précédents

La COP 21 : accord de Paris VIDE, mais presse EMPHATIQUE…

La COP 21, si les résolutions prévues étaient mises en oeuvre, bridera la croissance des pays développés, par l’institution d’une copieuse dette supplémentaire. Dette que nous paierons, mais qui ne profitera pas aux peuples des pays en voie de développement.

 

Ce que pensait Luc Ferry de la COP 21, en avril 2015, COP 21 qu’il voyait comme « un nième barnum pour people et chefs d’Etat en mal de reconnaissance » :

Vous avez aimé la calamiteuse inscription du principe de précaution dans la Constitution ? Vous avez apprécié le Grenelle de l’environnement et les discrets encouragements qu’il apporta aux faucheurs d’OGM ? Vous fûtes contents qu’on invite Al Gore à l’Élysée pour y présenter un film que les Britanniques, plus sensés que nous, ont condamné en justice à être assorti de nombreuses mises en garde lors de son éventuelle diffusion dans les écoles tant il fourmille de contre-vérités ? Alors vous allez adorer la «Cop 21», le sommet sur le climat qui viendra polluer la capitale en décembre prochain.

Les COP (Conférences of Parties), sont des conférences censées décliner l’expression annuelle (c’est ici la 21ème) de la politique prônée par le GIEC, l’organisme Onusien en charge du climat. Les « Parties » sont les états signataires de la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), adoptée en 1992 lors du sommet de la terre à Rio, convention qui reconnaît « l’existence d’un changement climatique d’origine humaine et donne aux pays industrialisés la responsabilité de lutter contre ce phénomène ».

L’objectif général de l’ONU dans ce domaine peut se résumer ainsi :

  • gouvernance mondiale
  • gouverner par la peur avec une communication anxiogène
  • orienter financièrement la science climatique
  • assoir la suprématie du Nord sur le Sud
  • entretenir un business (crédits carbone à coup de taxes, énergies renouvelables à grands coups de subventions…) souvent capté par les instigateurs eux mêmes.

L’objectif de la COP 21 était double :

  • faire adopter un engagement contraignant pour réduire les quantités de CO² émises avec un objectif de diviser par deux les niveaux de rejets actuels, en 2050
  • transférer au moins 100 milliards de $ par an (le fonds vert pour le climat) des pays riches vers les pays pauvres, décision déjà prise à Copenhague lors de la 15ème COP en 2009

L’accord de Paris sera ouvert à la signature le 22 avril au siège de l’ONU à New York. Il doit être signé par au moins 55 pays représentant 55% des émissions de GES (Gas à effet de serre)… pour une entrée en vigueur en 2020.

Et pendant ce temps… les bonnes résolutions pour 2016 :
– La Grande Bretagne plafonne les subventions aux EnR (Energies Renouvelables) (Daily Mail).
– L’Inde prévoit un doublement de sa production de charbon d’ici 2020 (The Guardian).
– Le Japon et la Corée du Sud prévoient d’ouvrir 60 nouvelles centrales au charbon dans les 10 ans (The Japan Times)
– La Chine approuve la construction de 155 nouvelles centrales charbon (Daily Caller)
– La Californie double la pénalité que les consommateurs doivent payer quand ils passent de PG&E (l’EDF locale) à des producteurs « verts » (SF Gate)

Et pendant ce temps, la science climatique… la vraie :

Les relevés de températures réalisés par les satellites en orbite au dessus de l’ensemble de la planète montrent que les températures sont restées stationnaires depuis maintenant presque 20 ans alors que dans le même temps c’est 1/3 du total des émissions de GES d’origine humaine qui a eu lieu et que le concentration en CO² n’a cessé d’augmenter. (Ce sera le thème de mon prochain billet n°3).

Le collectif des climato-réalistes

Devant cette énorme farce dont je rappelle la teneur exacte :

corréler l’augmentation de la teneur en CO² de l’atmosphère due à l’activité humaine,  à l’augmentation des températures mesurée à la surface du globe,

« nombreux sont ceux, individus et associations, qui souhaitent exprimer leur préoccupation devant la propagande actuelle qui impose une véritable panique. La peur irrationnelle qui nous est quotidiennement distillée est l’œuvre d’une bureaucratie climatique dont l’intérêt objectif est d’aller toujours plus loin dans l’outrance et les prophéties de malheur. Pour lui faire face un Collectif des climato-réalistes, a été lancé le 1er septembre 2015. Il regroupe plus de 450 individus de sensibilités les plus variées rassemblés derrière un même projet : favoriser le retour à la raison dans le regard commun sur le climat.

Vous pouvez y adhérer ici, aucun engagement n’est demandé.

Le collectif des climato-réalistes propose :

  • de contribuer à une information francophone sur le climat qui tranche avec la litanie catastrophiste actuelle : voir ici les bulletins d’information
  • d’organiser diverses manifestations et de promouvoir des initiatives qui porteront un regard alternatif au discours dominant.
  • La première de ces manifestations a eu lieu pendant la COP21, le 8 décembre 2015 à Paris : voir ici le compte rendu et les vidéos intégrales.

    Collectif des Climato-réalistes - Contre COP21, organisée à Paris le 8 décembre 2015 - Pause et dédicace des livres par leurs auteurs

    Collectif des Climato-réalistes – Contre COP21, organisée à Paris le 8 décembre 2015 – Pause et dédicace des livres par leurs auteurs

 

Vincent Courtillot

Vincent Courtillot

Serge Galam - Pourquoi Dieu a-t-il créé les climatologues ? ...pour que les économistes se sentent moins seuls.

Serge Galam – Pourquoi Dieu a-t-il créé les climatologues ? …pour que les économistes se sentent moins seuls.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rémy Prud’homme : L’ECHEC DE LA COP 21 – 7 février 2016