Une excellente étude de l’AAF (Académie d’Agriculture de France), sous la direction de Bernard Le Buanec, fait le point de façon factuelle et nous éclaire sur les réalités de la situation de l’agriculture et des produis Bio en 2016. On ne peut regretter qu’aucun journal national, régional ni même de vulgarisation scientifique (Science et Vie par exemple) ne s’en soit fait l’écho !

Soyons clair en ce qui me concerne : je ne suis pas un promoteur inconditionnel de ce type de culture pour produire notre alimentation, certes. Par contre j’estime que si il y a une demande solvable venant d’un certain nombre de consommateurs intéressés, il faut la satisfaire. Pourquoi l’agriculteur ne s’y intéresserait-il pas lui aussi pour y trouver satisfactions et revenu décent. Il n’y a donc pas lieu d’opposer agriculture bio et agriculture conventionnelle. Au contraire, l’une peut se nourrir de l’autre et réciproquement.

Par contre, ce sur quoi je réagis et m’indigne, c’est sur la communication tapageuse, mensongère, pseudoscientifique et idéologiquement orientée faite sur ce mode de production. Souvent par des groupuscules ou des associations qui n’ont rien de professionnels, mais aussi parfois par des dérapages internes au système. Une communication qui n’est pas faite comme il se devrait pour vanter les avantages et l’intérêt du bio, mais pour détruire l’agriculture conventionnelle qui jusqu’à preuve du contraire nourrit aujourd’hui à moindre coût une grosse majorité de la population de la planète.

biocooppomme
Un marketing de dénigrement basé sur la tromperie pour essayer d’imposer un nouveau modèle de consommation

La récente condamnation pour dénigrement de « Biocoop », la plus grosse enseigne commerciale bio française, en est une preuve évidente. Le dénigrement est condamné mais pas la tromperie qui est patente dans cette arrogante campagne de communication. Extraits du jugement pages 8 et 9 : « il est établi que cette campagne publicitaire repose non pas sur la valorisation des pommes issues de l’agriculture biologique, mais au contraire sur le dénigrement de  celles  issues  des  autres  filières,  aux  fins   de  dissuader  les consommateurs d’acheter ces fruits ». Ce jugement intervient alors qu’une seconde campagne de pub s’apprêtait à sortir sur nos écrans : un nouveau clip inspiré  de « Apocalypse now » pour culpabiliser à outrance les consommateurs qui ne consomment pas de fruits et légumes bio.

Fermons la parenthèse, ce marketing agressif est révélateur d’une idéologie envahissante qui veut imposer son modèle par la force et le mensonge.

Agribio : Quelques chiffres 2016

Chiffre d’affaires : 6,9 milliards en 2016 (soit 3% du marché alimentaire), un doublement depuis 2008.

31.000 exploitations pour 1.6 millions d’ha, soit 7% des exploitations et 5.8% de la surface agricole (SAU). Surtout représentées dans le domaine vigne, arboriculture et maraîchage, beaucoup moins en Grandes cultures (céréales).

Emploi : 10% des emplois de l’agriculture française (des systèmes de production nécessitant plus de main d’œuvre et une fréquence plus importante de transformation à la ferme et de vente directe).

Les régions les plus représentées : Midi-Pyrénées, Pays de Loire, Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et PACA.

Aliments bio : nutrition et santé.

La valeur nutritionnelle et sanitaire des aliments bio n’est pas supérieure à celle des aliments conventionnels : en France l’imposant rapport de l’Afssa (Anses) de 2003 réactualisé en 2010 est sans ambiguïté à ce sujet. Des revues systématiques étrangères et plus récemment en 2015 et2016 un groupe européen d’auteurs spécialistes de l’agribio confirme cet état des lieux.

La probabilité de contamination bactérienne, fongique ou parasitaire est par contre plus élevée pour les produits bio : absence de traitements et moindre protection ou fertilisation organique abritant des germes nocifs pour l’homme. Voir ici l’affaire du concombre espagnol.

Quant aux résidus de produits phytosanitaires, le produits bio en contiennent également, apparemment en moindre proportion, mais il faut savoir que beaucoup de produits autorisés (ou non autorisés ) en bio ne sont pas recherchés. Le récent rapport de l’Efsa (octobre 2016) montre que 97,1 % des produits courants (82 649) et 98,8 % des produits bio (4 792) respectent la réglementation, que respectivement 53,6 % et 87,6 % des échantillons ne contiennent pas de résidus détectables et que 2,9 % et 1,2 % respectivement sont en infraction (dépassements de LMR).

Bio et environnement.

Avoine & messicoles_Puigcerda_4

Nielle, coquelicots et bleuets dans une parcelle d’avoine à Bourg Madame (Cerdagne)

L’agriculture biologique n’utilise pas de produits chimiques de synthèse.  On peut donc légitimement penser que l’impact de l’AB sur l’environnement devrait être plus faible que celui de l’AC. Pas de produit de synthèse dans l’eau ou dans l’air, pas de consommation d’énergie pour produire des engrais et des produits phytosanitaires. Mais il faut savoir qu’en pratique l’AB utilise le Cuivre (sulfate de cuivre de la bouillie bordelaise) en grandes quantités – c’est un des rares fongicide utilisable – alors que le cuivre est un puissant stérilisateur de la vie biologique des sols. De la même façon elle utilise des biocides non issus de la synthèse chimique et souvent non autorisés comme l’huile de neem qui ont des conséquences similaires à l’agriculture conventionnelle sur la faune et la flore.

Le maintien du labour, principale technique permettant de lutter contre les mauvaises herbes en bio, est source d’une consommation accrue d’énergie fossile et de production de GES (sauf dans le cas des prairies pour l’élevage).

L’agriculture biologique est une grande consommatrice de terres. Du fait de rendements moindres en AB, il faut plus de surfaces cultivables pour produire la même quantité d’aliments. Cela implique le défrichement de nouvelles surfaces (souvent en forêts) et une perte de biodiversité au niveau de la planète.

Sur le plan des engrais de ferme, une augmentation des surfaces consacrées à l’AB conduirait inévitablement à un problème de disponibilité de ces engrais notamment dans les régions de grandes cultures.

p1080786-2

Vaches gasconnes en Cerdagne

La bio à la croisée des chemins

Aujourd’hui dans notre pays, la population accède à une nourriture abondante et diversifiée pour un coût qui n’a cessé de baisser depuis un siècle. En 1950, un agriculteur nourrissait 15 personnes, aujourd’hui il en nourrit 4 fois plus pour deux fois moins cher. Selon l’INSEE et France Agrimer, le budget consacré à l’alimentation entre 1960 et 2013 est passé de 23.6% à 12.4% du budget total de consommation d’un ménage.

Ces évolutions balisent le changement de notre rapport à l’alimentation. L’alimentation n’est plus subie par la population sous l’angle réel du manque et de la cherté. Elle l’est maintenant sous le prisme déformé d’une sécurité sanitaire mise en doute dans l’esprit du consommateur.

Toutefois ce changement ne perdurera que s’il s’effectue en toute transparence. Les exemples révélateurs de l’opacité du système sont nombreux, citons par exemple le régime à deux vitesses entre l’AB et le conventionnel, favorisé par les pouvoirs publics, de l’autorisation de mise sur le marché des produits de protection des cultures. Ces mêmes pouvoirs publics auront-ils l’audace démagogique d’accéder à la demande de Claude Gruffat l’actuel Président de Biocoop, lors des 9ème assise de la bio le 19 novembre dernier, de passer d’une TVA de 20% pour les produits conventionnels à 10% pour les produits bio ! Enfin ce qui me paraît tout aussi important c’est qu’aujourd’hui la plus grosse partie des aliments bio est vendue par des grandes surfaces ayant des impératifs de volume, de présentation et de conservation, en provenance d’une production « bio industrielle » qui n’a plus rien à voir avec le bio local du petit producteur tel qu’on le laisse encore faussement laisser croire au consommateur. Ce bio là, on le trouve encore sur nos marchés et lieux de vente de proximité, comme cela a toujours existé.

Cette obligation de transparence me parait essentielle et je reprendrai ici les termes de la conclusion de Jean Louis Bernard  insistant sur le fait que « Pour asseoir son avenir et prospérer, l’agriculture biologique doit convaincre sur des fondements réalistes, construire davantage sur la science et moins sur l’image ». Je préciserai pour ma part, et moins sur le déni et le mensonge.